• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Luberon

    Village du Thor

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Sur cette île enserrée entre deux bras de la Sorgue, paissait un taureau ; il avait l’habitude de boire en bordure d’une courbe. Un jour, la bête s’agenouilla au bord de l’eau. Intrigués les bouviers se mirent à creuser et retirèrent de la boue la statue d’une madone. C’est à cet emplacement que fut construite Notre-Dame-du-Lac, cette magnifique église romane caractéristique du style provençal auquel se mêlent des éléments du nord de la France. Le nom de la bourgade est sans doute né de l’assimilation des deux mots latins taurus et torus, soit le taureau et la courbe du rivage.
    Quoi qu’il en soit, le Thor porte le taureau sur ses armes.
    Le village remonte au Moyen Age et, en 1125, il est déclaré indivis entre les comtes de Provence et de Toulouse.
    Son premier seigneur en est le fils de Rostaing de Sabran qui se distingua au siège d’Orange en 1123, en compagnie de Raimond V de Toulouse. Giraud Amic de Sabran est le nom que porteront les six premiers seigneurs du Thor, qui sera érigé en baronnie pour le numéro III. Puis Tiburge de Sabran épouse Raymond de Villeneuve qui vend le fief pour 19.000 florins d’or en 1370 à Gui d’Albert de Boulbon. Celui-ci le rétrocède en 1405 à Odon de Villars, recteur du comtat, époux d’Alix des Baux. Leur fils, Guillaume des Baux le cèdera à Cadart de Moussy, secrétaire du roi de France en 1440. Puis par héritage, les d’Ancezune, ducs de Caderousse, conserveront la seigneurie jusqu’à la révolution.
    Mais en prélude à 1789, les gens du Thor voulurent racheter le fief au duc de Grammont-Caderousse. Ils lui en proposèrent 350.000 livres, en 1777 ; celui-ci en réclamait 380.000 ! L’affaire ne se fit point et quelques années plus tard, les habitants eurent leur fief pour rien du tout.
    Les remous de la révolution s’abattirent sur le Thor.
    En 1790, la ville achète 100 fusils pour armer sa garde bourgeoise, dont le commandement est confié à François de Bressy, colonel de circonstance, puisque âgé de 75 ans. Mais le 11 juillet, la veille des élections municipales, une troupe d’avignonnais qui voulait que soient élus les partisans du rattachement à la France, arrive au Thor, fait prisonnier de Bressy et finalement l’assassine dans l’escalier de l’hôtel de ville, à coups de sabre et de poignard.
    L’ancien château du Thor
    Sur la colline de Thouzon se trouvent les ruines de l’ancien château ainsi que les restes d’une chapelle romane. En 1014, l’évêque de Cavaillon, Ingilramnus, aurait donné aux bénédictins de Saint-André de Villeneuve, les deux chapelles de Thouzon dédiées à saint Pierre et à sainte Marie en échange de deux prieurés qu’ils possédaient à Cavaillon, Saint-Phileas et SainteMarie. Le château fut dévasté par Raymond de Turenne et par le baron des Adrets qui tendit une embuscade aux catholiques en garnison au Thor en 1563.
    La population du Thor
    Le Viguier du Thor était chargé de la police de la ville. En 1639 il défend aux habitants de blasphémer, de déposer du fumier dans les rues, de voler du bois et de vendre sans l’avoir présenté au marché, le poisson et les écrevisses ; il est également interdit de donner asile à des femmes de mauvaise vie, de passer sur le pont de la sorgue sans payer le péage, de pêcher dans le canal du moulin et de vendre du vin mélangé d’eau.
    Parmi les anciennes familles, le Thor a donné naissance aux Mame, dont Charles-Pierre, né au Thor, émigra en 1760 pour aller se fixer à Tours. C’est lui qui est à l’origine de la célèbre imprimerie.
    En 1745 vivait un ermite dans les ruines de l’ancien monastère de Thouzon. Il a laissé un souvenir vivace dans l’histoire du Thor pour avoir porté à lui tout seul la croix de Notre-Dame-du-Lac, fort lourde, pendant la procession du 15 août.
    En 1770 éclata l’affaire des « fougasso » ; la fougasse est une galette évidée, faite de pâte à pain, que naguère le fournier du four banal faisait cuire gratuitement en même temps que le pain. Or cette année-là, le coût de la vie ayant augmenté, les gens du Thor se mirent à donner à cuire beaucoup plus de fougasses que d’habitude et de moins en moins de pain ; le fournier qui recevait d’autant moins de salaire protesta violemment et voulut faire payer la cuisson des fougasses. Il fallut l’arbitrage des consuls pour que la situation redevienne normale.
    Sur le flanc de la colline de Thouzon se trouvent des carrières de pierre. Le 23 janvier 1902, Emile Pepin, carrier, fait sauter quarante kilos d’explosifs. Lorsque la poussière se dissipe, il a la surprise de voir un trou dans la falaise. Il regarde et découvre d’extraordinaires concrétions dans une caverne. On visite désormais les grottes de Thouzon. Sur environ 250 mètres, des draperies de stalactites et des massifs de concrétions aux formes étranges se succèdent dans cette portion d’ancienne rivière souterraine.
    Notre-Dame-du-Lac de Thor
    Lorsqu’on arrive au Thor par la route d’Avignon, on se trouve face à l’ancienne porte de Douzabas, dite aussi de Saint Pierre, un ancien prieuré, ou de NotreDame. Cette porte était autrefois dotée d’un pont levis ; elle est surmontée d’un fort beau campanile.
    A quelques dizaines de mètres se dresse Notre-Dame-du-Lac.
    On entre dans I’église par un porche latéral dont l’arc en plein cintre repose sur des pilastres moulurés, et qui s’inscrit dans un triangle porté par des pilastres carrés. Cette disposition, que l’on retrouve modifiée sur la façade occidentale, est un des aspects les plus caractéristiques de l’école romane provençale, puisqu’elle s’inspire directement de l’art des anciens romains en imitant les entrées des temples. Notre-Dame-des-Doms d’Avignon ou Saint-Gabriel de Tarascon montrent les mêmes inspirations.
    L’intérieur de l’église est fait d’une nef à trois travées bâties en croisées d’ogives ; le vaisseau ample et simple de 10 mètres de large sur 16 de haut, reçoit directement la toiture qui est pourtant évidée à l’intérieur sur son pourtour. Une galerie court en effet de chaque côté, mais elle est inaccessible.
    Le choeur de l’église est fait d’une coupole nervée montée sur trompes ; le clocher installé au-dessus est une restitution du siècle dernier.
    L’arc triomphal qui délimite l’abside est remarquable par sa clé de voûte qui représente l’agneau pascal entouré des mots : Agnus dei, qui tollis peccata mundi. Cinq aigles sculptés en ronde-bosse,- font saillie tout autour, sur le départ de chacune des nervures qui descendent sur la voûte en cul-de-four, pour buter sur des consoles. Au niveau inférieur, sept arcs reposent sur des chapiteaux portés par des colonnes à double fût, unies par une bague.
    L’extérieur de l’abside est à pans coupés.
    Il y a plusieurs détails extraordinaires dans cette église. La clé de l’arc triomphal par exemple, qui n’est pas seule de ce type en France, mais qui l’est pratiquement en Provence, puisque cette méthode est l’apanage de la Picardie romane. Les colonnes de l’abside à double fût sont également curieuses, tout comme les croisées d’ogive de la nef : ordinairement on a un berceau brisé ou en plein cintre. Enfin ce couloir en berceau brisé, invisible et inaccessible sur le tour de la toiture est fort curieux puisqu’on ne peut le déceler qu’en mesurant les différences de niveau. Ce procédé employé pour alléger la masse reposant sur les voûtes, n’est pas la moindre curiosité de Notre-Dame-du-Lac.
    La main de justice de Notre-Dame-du-Lac
    La Main de Justice se trouve dans le médaillon qui orne le centre du tympan de la façade occidentale de Notre-Dame du Lac ; on a longtemps cru que c’était le symbole de Charlemagne pour avoir fait édifier l’église. On sait aujourd’hui qu’il n’en est rien, puisque l’édifice date de la fin du XIIme siècle, mais de la main de justice avec ses trois doigts levés on n’a pas élucidé le mystère.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Village du Thor”