• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Luberon

    Village de Gargas

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Gargas est un des rares villages de Provence à ne pas former une agglomération. Son habitat est dispersé en plusieurs hameaux et des petites propriétés éloignées de l’église et du château, lieux de rassemblement traditionnels. C’est que le village primitif a été abandonné très tôt, lorsque la sécurité relative a permis de cultiver les alentours.
    La préhistoire a favorisé Gargas et la station des Trécassats datant du Paléolithique est célèbre. Un fort était bâti autrefois sur une colline, entouré de remparts. Au XIme siècle, Humbert d’Agoult en possède la co-seigneurie, puis elle passe à la famille de Simiane jusqu’à la fin du XVIIme. Enfin par les mariages, Gargas appartient à la famille de Condé lorsqu’éclate la révolution.
    Parmi les épisodes frappants qui ont marqué l’histoire de Gargas, il y a le siège de 1361. Une compagnie de routiers envahit à cette époque le territoire du village. L’abbaye de Sainte-Croix, qui se trouve à la limite de Gargas et de Roussillon, est abandonnée, l’abbesse Aycelène d’Apt et les religieuses se réfugient au fort de Gargas, tandis que les routiers incendient leur couvent et font la razzia des boeufs. Après leur départ, le couvent sera transféré à Apt.
    La répression contre vaudois et réformés commence tôt à Gargas. En 1545, une première vague submerge le village dont les maisons sont brûlées en 1574 ; ils sont chassés par les troupes catholiques jusqu’en 1589 où un assaut du baron de Montbrun et l’explosion de quelques pétards de siège permettent d’emporter la place.
    Sept ans plus tard, ce sont les troupes protestantes du baron d’Oise qui résistent et menacent la campagne, pillant les paysans pour trouver la nourriture. Le duc de Guise ordonne aux protestants d’évacuer la place ; ceux-ci réclament de l’argent pour contribution de guerre. Les aptésiens sous la direction de leur premier consul, Jacques Dubois viennent mettre le siège autour des remparts. Tout finira par une transaction à l’amiable, mais dès le départ des soldats, le fort sera détruit.
    Depuis, les habitants de Gargas cultivent leurs champs. Au siècle dernier ils ont eu quelques décennies industrielles puisque six usines traitant, en 1878, 4.500 tonnes d’ocres étaient installées. Elles traitaient la terre colorée abondante et l’expédiaient à l’étranger : les ocres fines vers l’Europe du Nord et les Etats-Unis ; les ocres grossières vers le Levant. Mais les découvertes chimiques ont révolutionné la fabrication des couleurs et Gargas a vu ses usines fermer l’une après l’autre.
    Les promeneurs trouvent maintenant sur les pentes marneuses des fossiles d’huîtres et de bélemnites et jettent un coup d’oeil sur l’ancien site dont il ne reste rien.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Village de Gargas”