• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Chateauneuf-du-Pape

    Village de Chateauneuf-du-Pape

    Lorsque Jean XXII établit la résidence des papes à Avignon, dont il avait été évêque, il développa à partir de 1317 le vignoble de Chateauneuf-du-Pape, qui s’appelait jusque-là Calcernier. Calcernier, dominé par le Caste…

    Plus de visites & activités pour : Themes: , ,

    Adresse


    Geolocalisation


    Description

    Lorsque Jean XXII établit la résidence des papes à Avignon, dont il avait été évêque, il développa à partir de 1317 le vignoble de Chateauneuf-du-Pape, qui s’appelait jusque-là Calcernier. Calcernier, dominé par le Castelpapal, devint Chateauneuf-Calcernier C’est en 1317, que Jean XXII y fit planter les premiers vignobles par des compatriotes venus de Cahors, dont il était originaire. Ce qui s’appellera plus tard Chateauneuf-du-Pape, devint alors le premier vignoble pontifical. Les vignerons de Cahors plantèrent les premières parcelles, sur les terrains abandonnés par les Templiers, chassés par le Roi Philippe le Bel. En 1325, le vignoble Pontifical couvrait 8 hectares. Urbain V participa au développement de l’aire de production en y faisant planter du Muscat. A partir de 1383, Chateauneuf devient la résidence favorite du Pape Clément VII qui y venait à dos de mule, d’où la fameuse légende de « la mule du pape » contée par Alphonse Daudet. Plus tard, au XVIIIe siècle, le vignoble fut développé par l’aristocratie locale et par la bourgeoisie de marchands. À la fin du XIXe, , sur l’initiative de son maire, Joseph Ducos, le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernier en Châteauneuf-du-Pape. Les vignobles dévastés par le phylloxéra, en 1893, le même Joseph Ducos, propriétaire du Château la Nerthe, entreprit de reconstituer les vignes. Il y implanta, plusieurs cépages, dont grenache, mourvèdre, et syrah, les 3 cépages « majeurs », qui donneront à ce cru, force, moelleux, couleur et qualité de vins de garde. Puis, des notes insolites, s’y ajouteront et des accords nouveaux vont apparaître avec les autres cépages. L’assemblage des cépages est une opération subtile, qui donne naissance à ces vins, rouges ou blancs, complexes et magnifiquement équilibrés. Anciennement recouvertes par la méditerranée puis par le Rhône, ces terres gardent cette signature minérale composée de pierres et de galets qui restituent la nuit, la chaleur accumulée le jour, ce qui est la particurarité notable du terroir de chateauneuf du pape. Le climat méditerranéen sec et chaud en été et le mistral jouent un rôle d’alliés en participant au bon état sanitaire du vignoble. La viticulture joue une part très importante, directement ou indirectement, dans l’économie locale. Aujourd’hui, la population compte plus de 2000 habitants Lorsque Jean XXII établit la résidence des papes à Avignon, dont il avait été évêque, il développa à partir de 1317 le vignoble de Chateauneuf-du-Pape, qui s’appelait jusque-là Calcernier. Calcernier, dominé par le Castelpapal, devint Chateauneuf-Calcernier C’est en 1317, que Jean XXII y fit planter les premiers vignobles par des compatriotes venus de Cahors, dont il était originaire. Ce qui s’appellera plus tard Chateauneuf-du-Pape, devint alors le premier vignoble pontifical. Les vignerons de Cahors plantèrent les premières parcelles, sur les terrains abandonnés par les Templiers, chassés par le Roi Philippe le Bel. En 1325, le vignoble Pontifical couvrait 8 hectares. Urbain V participa au développement de l’aire de production en y faisant planter du Muscat. A partir de 1383, Chateauneuf devient la résidence favorite du Pape Clément VII qui y venait à dos de mule, d’où la fameuse légende de « la mule du pape » contée par Alphonse Daudet. Plus tard, au XVIIIe siècle, le vignoble fut développé par l’aristocratie locale et par la bourgeoisie de marchands. À la fin du XIXe, , sur l’initiative de son maire, Joseph Ducos, le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernier en Châteauneuf-du-Pape. Les vignobles dévastés par le phylloxéra, en 1893, le même Joseph Ducos, propriétaire du Château la Nerthe, entreprit de reconstituer les vignes. Il y implanta, plusieurs cépages, dont grenache, mourvèdre, et syrah, les 3 cépages « majeurs », qui donneront à ce cru, force, moelleux, couleur et qualité de vins de garde. Puis, des notes insolites, s’y ajouteront et des accords nouveaux vont apparaître avec les autres cépages. L’assemblage des cépages est une opération subtile, qui donne naissance à ces vins, rouges ou blancs, complexes et magnifiquement équilibrés. Anciennement recouvertes par la méditerranée puis par le Rhône, ces terres gardent cette signature minérale composée de pierres et de galets qui restituent la nuit, la chaleur accumulée le jour, ce qui est la particurarité notable du terroir de chateauneuf du pape. Le climat méditerranéen sec et chaud en été et le mistral jouent un rôle d’alliés en participant au bon état sanitaire du vignoble. La viticulture joue une part très importante, directement ou indirectement, dans l’économie locale. Aujourd’hui, la population compte plus de 2000 habitants Lorsque Jean XXII établit la résidence des papes à Avignon, dont il avait été évêque, il développa à partir de 1317 le vignoble de Chateauneuf-du-Pape, qui s’appelait jusque-là Calcernier. Calcernier, dominé par le Castelpapal, devint Chateauneuf-Calcernier C’est en 1317, que Jean XXII y fit planter les premiers vignobles par des compatriotes venus de Cahors, dont il était originaire. Ce qui s’appellera plus tard Chateauneuf-du-Pape, devint alors le premier vignoble pontifical. Les vignerons de Cahors plantèrent les premières parcelles, sur les terrains abandonnés par les Templiers, chassés par le Roi Philippe le Bel. En 1325, le vignoble Pontifical couvrait 8 hectares. Urbain V participa au développement de l’aire de production en y faisant planter du Muscat. A partir de 1383, Chateauneuf devient la résidence favorite du Pape Clément VII qui y venait à dos de mule, d’où la fameuse légende de « la mule du pape » contée par Alphonse Daudet. Plus tard, au XVIIIe siècle, le vignoble fut développé par l’aristocratie locale et par la bourgeoisie de marchands. À la fin du XIXe, , sur l’initiative de son maire, Joseph Ducos, le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernier en Châteauneuf-du-Pape. Les vignobles dévastés par le phylloxéra, en 1893, le même Joseph Ducos, propriétaire du Château la Nerthe, entreprit de reconstituer les vignes. Il y implanta, plusieurs cépages, dont grenache, mourvèdre, et syrah, les 3 cépages « majeurs », qui donneront à ce cru, force, moelleux, couleur et qualité de vins de garde. Puis, des notes insolites, s’y ajouteront et des accords nouveaux vont apparaître avec les autres cépages. L’assemblage des cépages est une opération subtile, qui donne naissance à ces vins, rouges ou blancs, complexes et magnifiquement équilibrés. Anciennement recouvertes par la méditerranée puis par le Rhône, ces terres gardent cette signature minérale composée de pierres et de galets qui restituent la nuit, la chaleur accumulée le jour, ce qui est la particurarité notable du terroir de chateauneuf du pape. Le climat méditerranéen sec et chaud en été et le mistral jouent un rôle d’alliés en participant au bon état sanitaire du vignoble. La viticulture joue une part très importante, directement ou indirectement, dans l’économie locale. Aujourd’hui, la population compte plus de 2000 habitants Lorsque Jean XXII établit la résidence des papes à Avignon, dont il avait été évêque, il développa à partir de 1317 le vignoble de Chateauneuf-du-Pape, qui s’appelait jusque-là Calcernier. Calcernier, dominé par le Castelpapal, devint Chateauneuf-Calcernier C’est en 1317, que Jean XXII y fit planter les premiers vignobles par des compatriotes venus de Cahors, dont il était originaire. Ce qui s’appellera plus tard Chateauneuf-du-Pape, devint alors le premier vignoble pontifical. Les vignerons de Cahors plantèrent les premières parcelles, sur les terrains abandonnés par les Templiers, chassés par le Roi Philippe le Bel. En 1325, le vignoble Pontifical couvrait 8 hectares. Urbain V participa au développement de l’aire de production en y faisant planter du Muscat. A partir de 1383, Chateauneuf devient la résidence favorite du Pape Clément VII qui y venait à dos de mule, d’où la fameuse légende de « la mule du pape » contée par Alphonse Daudet. Plus tard, au XVIIIe siècle, le vignoble fut développé par l’aristocratie locale et par la bourgeoisie de marchands. À la fin du XIXe, , sur l’initiative de son maire, Joseph Ducos, le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernier en Châteauneuf-du-Pape. Les vignobles dévastés par le phylloxéra, en 1893, le même Joseph Ducos, propriétaire du Château la Nerthe, entreprit de reconstituer les vignes. Il y implanta, plusieurs cépages, dont grenache, mourvèdre, et syrah, les 3 cépages « majeurs », qui donneront à ce cru, force, moelleux, couleur et qualité de vins de garde. Puis, des notes insolites, s’y ajouteront et des accords nouveaux vont apparaître avec les autres cépages. L’assemblage des cépages est une opération subtile, qui donne naissance à ces vins, rouges ou blancs, complexes et magnifiquement équilibrés. Anciennement recouvertes par la méditerranée puis par le Rhône, ces terres gardent cette signature minérale composée de pierres et de galets qui restituent la nuit, la chaleur accumulée le jour, ce qui est la particurarité notable du terroir de chateauneuf du pape. Le climat méditerranéen sec et chaud en été et le mistral jouent un rôle d’alliés en participant au bon état sanitaire du vignoble. La viticulture joue une part très importante, directement ou indirectement, dans l’économie locale. Aujourd’hui, la population compte plus de 2000 habitants Lorsque Jean XXII établit la résidence des papes à Avignon, dont il avait été évêque, il développa à partir de 1317 le vignoble de Chateauneuf-du-Pape, qui s’appelait jusque-là Calcernier. Calcernier, dominé par le Castelpapal, devint Chateauneuf-Calcernier C’est en 1317, que Jean XXII y fit planter les premiers vignobles par des compatriotes venus de Cahors, dont il était originaire. Ce qui s’appellera plus tard Chateauneuf-du-Pape, devint alors le premier vignoble pontifical. Les vignerons de Cahors plantèrent les premières parcelles, sur les terrains abandonnés par les Templiers, chassés par le Roi Philippe le Bel. En 1325, le vignoble Pontifical couvrait 8 hectares. Urbain V participa au développement de l’aire de production en y faisant planter du Muscat. A partir de 1383, Chateauneuf devient la résidence favorite du Pape Clément VII qui y venait à dos de mule, d’où la fameuse légende de « la mule du pape » contée par Alphonse Daudet. Plus tard, au XVIIIe siècle, le vignoble fut développé par l’aristocratie locale et par la bourgeoisie de marchands. À la fin du XIXe, , sur l’initiative de son maire, Joseph Ducos, le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernier en Châteauneuf-du-Pape. Les vignobles dévastés par le phylloxéra, en 1893, le même Joseph Ducos, propriétaire du Château la Nerthe, entreprit de reconstituer les vignes. Il y implanta, plusieurs cépages, dont grenache, mourvèdre, et syrah, les 3 cépages « majeurs », qui donneront à ce cru, force, moelleux, couleur et qualité de vins de garde. Puis, des notes insolites, s’y ajouteront et des accords nouveaux vont apparaître avec les autres cépages. L’assemblage des cépages est une opération subtile, qui donne naissance à ces vins, rouges ou blancs, complexes et magnifiquement équilibrés. Anciennement recouvertes par la méditerranée puis par le Rhône, ces terres gardent cette signature minérale composée de pierres et de galets qui restituent la nuit, la chaleur accumulée le jour, ce qui est la particurarité notable du terroir de chateauneuf du pape. Le climat méditerranéen sec et chaud en été et le mistral jouent un rôle d’alliés en participant au bon état sanitaire du vignoble. La viticulture joue une part très importante, directement ou indirectement, dans l’économie locale. Aujourd’hui, la population compte plus de 2000 habitants


    informations pratiques

    Informations tarif

    gratuit

    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Village de Chateauneuf-du-Pape”