• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Luberon

    Notre-Dame de Beaulieu de Cucuron

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Juchée sur une colline, Notre-Dame de Beaulieu est un amalgame de roman, de gothique et de style Renaissance doté d’un clocher élevé en 1624. L’intérieur possède plusieurs retables intéressants. Celui de la chapelle Sainte-Tulle, à droite en entrant, est en bois sculpté d’époque baroque. Il a été acquis dans une église d’Aix en Provence. C’est dans cette chapelle que se trouvent les reliques de Sainte-Tulle et de Saint-Cyr, patrons de la paroisse.
    La quatrième chapelle présente elle aussi un retable Louis XV, mais décoré de colonnes torses. Il provient de l’église de Beaumes-de-Venise et fut vendu par le district de Carpentras pendant la révolution.
    La pièce maîtresse de l’église est le grand retable qui orne tout le fond de l’église et entoure le maître-autel. Six colonnes encadrent les trois motifs du premier niveau ; celles du milieu sont en portor, ce marbre noir veiné de jaune imitant l’or, les autres sont en marbre noir veiné de blanc. Les trois tableaux du retable ne correspondent pas au travail original, puisque les trois toiles de Raynaud Levieux, qui représentaient la Visitation, la Nativité et la Présentation de la Vierge, sont restées à Aix. Elles ont été remplacées par trois panneaux montrant la Circoncision, la Foi et l’Immaculée Conception.
    Par contre, au deuxième niveau, ressort toute l’élégance du sculpteur Pierre Puget. Des pots-à-feu mettent en évidence les aigles à demi éployés qui tiennent les armes des donateurs, les blasons de la maison d’Este, des Martinozzi et de Mazarin. Deux statues assises représentent la Foi et l’Espérance. Au milieu de ce deuxième niveau, le panneau sculpté de l’Assomption de la Vierge portée par un vol d’angelots est remarquable.
    Madeleine de Gaillard, sous-gouvernante des enfants de France, est la soeur de Jean de Gaillard évêque d’Apt en 1671, et d’une religieuse du couvent des Visitandines d’Aix dont elle est une des bienfaitrices. Gouvernante des nièces de Mazarin, elle élève Laure Martinozzi à Paris. Mais Laure à seize ans épouse le duc Alphonse IV d’Este, et l’adolescente s’en va en Italie rejoindre son mari. Au passage elle s’arrête au couvent d’Aix et fait le voeu de faire don d’un bel autel pour la chapelle du couvent si elle met un enfant au monde avant la fin de sa première année de mariage. La princesse Laure devient duchesse de Modène et comme son voeu se réalise, elle fait construire le monument taillé dans les plus beaux marbres d’Italie ; il lui en coûta 80.000 livres. En 1661, le couvent de la Visitation le reçut pour plus d’un siècle. Le panneau de l’Assomption avait été réalisé par Pierre Puget, pour le duc de Mantoue, qui le céda à sa parente pour en orner le retable d’Aix. Mais la Révolution arriva, et le retable était destiné à être démoli lorsque l’abbé Guichard, prêtre à Aix, demanda à ses amis de Cucuron où il était né, d’acheter l’ensemble ; ce qui fut fait pour 3.000F. La chaire a la même origine et fut acquise en même temps que le retable.
    Ainsi les trois oeuvres classées de l’église de Notre-Dame de Beaulieu proviennent de l’époque révolutionnaire et furent sauvées par la piété des cucuronnais.
    En sortant de l’église, on remarquera dans la chapelle des fonts baptismaux, la statue en bois sculpté du Christ couronné d’épines et attaché. Nul ne connaît son origine, mais la tradition veut qu’il ait été sculpté par un galérien qui, en échange, aurait obtenu sa grâce.
    Dans la rue qui fait face à l’église, se trouve l’ancien hôtel de Bolliers, dont l’étage, transformé en musée, renferme quelques belles pièces de monnaie antiques et une collection d’outils agricoles.
    Il faut se promener dans les rues de Cucuron ; partout les anciennes maisons témoignent de la richesse de la ville pendant la Renaissance, et leur charme discret mérite chaque jour un peu plus une restauration urgente.
    C’est d’ailleurs dans le cimetière de Cucuron, derrière le choeur de Notre-Dame-de-Beaulieu qu’ont été ensevelis les 120 arquebusiers massacrés par les protestants sur le chemin d’Apt le 24 septembre 1574.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Notre-Dame de Beaulieu de Cucuron”