• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Alpilles

    Mouriès

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    L’oppidum celto-ligure du plateau des Caisses de Jeanjean raconte la vie des premiers habitants de Mouriès (voir le premier chapitre de cet ouvrage). Avec l’invasion romaine, une bourgade naquit, Tericia, relais sur la route Sud des Alpilles.

    Au Moyen Age, Tericia disparaît, et les lieux font partie du domaine des Baux dont ils suivent l’histoire. Il faudra attendre les dessèchements des marais pour que la vie de groupe recommence dans la plaine. Enfin la révolution apportera à Mouriès le statut de commune indépendante. On y trouvera quelques chefs révolutionnaires, dont Manson Saint-Roman et Leblanc de Servane. Le premier sera exécuté par les hommes de main du second qui malgré de nombreux meurtres sera nommé maire, chef de la garde nationale et député à la Convention.

    Puis le XIX° siècle suit son cours, « les habitants de Mouriès sont des cultivateurs appliqués à leurs travaux. Ils se distinguent par leur bon esprit et ils reconnaissent que le bien-être est le fruit du travail. Ils se montrent laborieux et dévoués ». C’est du moins que qu’en dit la Statistique de Villeneuve parue en 1824.

    Aujourd’hui Mouriès s’anime du flot des touristes qui ont acquis de nombreuses demeures dans les environs. La proximité de Fos attire jusqu’au pied des collines de nombreuses personnes. La culture de l’olivier est encore l’apanage de Mouriès qui bien que n’ayant pas la réputation des variétés de fruits de Nyons est la commune premier producteur de France.

    Au château de Joyeuse Garde

    Quiqueran de Beaujeu écrit au XVI° siècle sa « Provence Louée », ouvrage où il décrit les charmes de la vie campagnarde. A propos des champignons dont se nourrissaient les Provençaux à l’automne, il conseille de les faire bouillir à l’huile avec un rejeton de poirier pour leur faire perdre leur malignité. Il faut aussi déguster les bolets après les avoir creusés et remplis d’huile et de sel.

    Promenade à Mouriès

    Mouriès serait un village qui n’aurait pas grand caractère, sans l’ombre de ses platanes, son parfum provençal, et s’il n’était entouré de quelques-uns des plus beaux « mas » de la région. Le plus connu est certainement le Mas de Brau, indiqué à gauche de la route lorsqu’on se dirige vers Maussane, à quelques centaines de mètres du village. Sa façade Renaissance due sans doute à Jeanne de Quiqueran, épouse du gouverneur des Baux montre de belles colonnes de style corinthien couronnées par une frise à rinceaux.

    La gentilhommière a été habitée par les seigneurs de la Tour, le gouverneur de Provence Claude de Tende, le capitaine Grille, Honoré des Martins sénéchal de Nîmes et de Beaucaire, enfin Van Ens, ce Hollandais qui fit assécher la plus grande partie des marais environnants.

    Autre demeure prestigieuse, le château de Servanes aujourd’hui transformé en hôtel. Un bassin où barbotent des canards accueille aujourd’hui le promeneur du parc. La maison proprement dite est bien meublée, mais ne présente pas de pièces remarquables. La cour est bordée par une fontaine ornée d’un masque d’Héraclès et de deux lions qui proviennent des fouilles de la Tericia romaine. En face, entre des colonnes, un sarcophage contient des fleurs. Servanes a vu naître plusieurs générations de la famille Révoil. L’un d’entre eux conserva ici les chapiteaux de Montmajour et les préserva de la révolution, avant de les rendre lors de la réfection du cloître. Un autre donna à Napoléon III la plus grande partie des collections d’antiquités amassées ; elles sont exposées au musée de Saint-Germain.

    Mais il y a bien d’autres maisons célèbres dans le voisinage, qu’il est passionnant de découvrir. Donné de Laval par le roi René, le château de Joyeuse Garde possède un nom qui chante. Mais de la bâtisse louée par Quinqueran de Beaujeu il ne subsiste pas grand chose. Par contre d’autres domaines sont debout entre les olivettes : mas de la Reine, de Viguièri, Malacercis, de Beauregard de Bois vert.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Mouriès”