• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Tarascon

    L’église Sainte-Marthe de Tarascon

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Ce magnifique édifice comporte deux églises superposées. L’Eglise haute possède un très beau portail roman sur le côté sud, ses faisceaux de colonnes sont tout ce qui subsiste de la construction romane. Cette porte mutilée en 1793 par les révolutionnaires montre le Christ assis sur un trône entouré des quatre évangélistes. La partie la plus remarquable de l’église gothique est le campanile et la flèche, oeuvre de Hélion Lauvernhac d’Arles qui reçut 2.500 florins d’or pour sa construction. A l’intérieur de l’église haute on voit les tombeaux de Sanche d’Albe mort en 1330, sénéchal de Provence, et celui de Guillaume Crespin, capitaine du château mort en 1440, ainsi que des tableaux de Vien, Carrache, Parrocel, Mignard et Van Loo.

    Pour accéder à l’église basse, il faut descendre l’escalier qui se trouve au fond de l’église, à gauche. Sur le mur une plaque de marbre rappelle le passage de Clovis qui « atteint de douleurs aux reins au siège d’Avignon guérit grâce à l’intercession de Sainte Marthe ». En reconnaissance il donna à la ville tout le territoire alentour, lui conféra un régime municipal doté de ses propres lois et de ses consuls.

    Cette église basse renferme un autel mérovingien du Ve et VIe siècles, en provenance d’Ernaginum (Saint-Gabriel) et le tombeau de Jean de Cossa sénéchal, de Provence, napolitain, attaché au roi René mort en 1476, oeuvre de Francesco Lauvara. On remarque que le gisant porte au bras gauche l’ordre du Croissant institué par le Roi René.

    Enfin dans la crypte se trouvait naguère la châsse de Sainte-Marthe, cadeau de Louis XI en 1476, « la plus riche du royaume », qui fut vendue aux Gênois en 1789. Sainte Marthe connut d’ailleurs bien des vicissitudes outre tombe, puisque lors des invasions Sarrasines au VIII° siècle, les tarasconnais cachèrent son corps. Il resta ignoré pendant près de quatre cents ans, jusqu’à ce qu’il soit retrouvé en 1187, une plaque de marbre permit alors son identification. Plusieurs fois transporté, le corps de la Sainte finit par disparaître.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “L’église Sainte-Marthe de Tarascon”