• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Nimes

    La Porte d’Auguste à Nîmes

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Sur près de quarante mètres de large, la porte d’Auguste se dresse, monumentale, devant la voie Domitienne. C’est par là qu’arrivaient les cortèges, les légions, les messagers, tous ceux qui, partis de Rome, venaient à Nîmes. Ils retrouvaient la pompe de l’Urbs dans cette façade, que l’on a voulu la plus vaste des neuf portes de Nîmes.
    De chaque côté, les tours semi-circulaires où aboutissent les remparts ; au milieu, un mur de pierres de taille dans lequel passe le trafic.
    Les charrettes, les voitures de voyage et les cavaliers circulent sous deux arcs larges d’environ quatre mètres et hauts de six. Les piétons ont à leur disposition, de part et d’autre des arcades, deux arceaux de deux mètres de large sur quatre de haut. Au-dessus de ces derniers, se trouvent des niches à statues décorées de pilastres soutenant un entablement dorique. Des colonnes corinthiennes engagées dans le mur encadrent les petits arcs, tandis qu’entre les deux grands arcs se trouve le « milliare passum primum », la colonne milliaire de Nîmes, la borne zéro à partir de laquelle on comptait le kilométrage sur les routes. Deux corps de taureaux sur la clé des grands arcs, de même que les quatre colonnes des petits arcs hautes de 7m 50, soutiennent le couronnement de la porte naguère appuyé contre les deux tours démolies en 1793. Sur cet entablement de soixante centimètres de hauteur se trouvait une inscription dont il reste des traces et qui dit : « IMP. CAESAR. DIVI. F. AUGUSTUS. COS. XI. TRIB. POTEST. VIII. PORTAS. MUROS. COL.DAT. », c’est-à-dire : « L’empereur César Auguste, fils de Dieu, consul pour la onzième fois, détenteur pour la huitième fois de la puissance tribunicienne a donné ses portes et ses murs à la colonie » (de Nîmes).
    Alors que les deux passages à piétons étaient couverts sur seize mètres de profondeur et éclairés par trois fenêtres, les deux grandes entrées ne portaient d’arcs doubleaux que sur trois mètres afin de permettre le fonctionnement d’une herse. Des portes fermaient toutes ces ouvertures.
    L’entrée débouchait dans le Cavaedium, cour intérieure de treize mètres sur dix. Un dispositif de « sortie » sans doute identique à celui que nous venons de voir permettait d’entrer dans la ville. Ainsi la porte d’Auguste était un véritable fortin dont les superstructures permettaient une défense supplémentaire en cas d’entrée en force d’ennemis.
    La porte d’Auguste fut transformée en 1390 sur l’ordre de Charles VI, qui ordonna la construction d’un fort : le château royal. La bâtisse subsista tant bien que mal durant la guerres de religion, puis fut donnée aux Frères Prêcheurs, avant d’être abattue en 1792. La porte romaine fut alors découverte et sauvée de la destruction alors qu’elle servait déjà de carrière. Ce n’est qu’au siècle dernier et après avoir servi de caserne de gendarmerie que la porte d’Auguste fut dégagée.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “La Porte d’Auguste à Nîmes”