• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Nimes

    La Fontaine de Nîmes

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Le poète Ausone, passionné des paysages de la Gaule Méridionale, appelle la fontaine Nemausus. Les inscriptions trouvées dans les fouilles nous ont appris que dès l’arrivée des Romains la source, déjà honorée par les autochtones, vit son culte amplifié. Ses eaux, utilisées très tôt pour les bains et la consommation de la ville, s’écoulaient par un égout, le Cloaca Maxima, qui passait sous la voie Domitienne jusqu’à la porte d’Auguste.
    Lorsqu’avec les siècles et les dégradations successives l’égout s’obstrua, les eaux passèrent sur la chaussée et coulèrent plusieurs autres siècles sous le nom de « l’Agau ». Sur son cours étaient installés les lavoirs des teinturiers dont les couleurs imprégnaient les murs des maisons. Une autre branche des eaux de la fontaine faisait le tour de la ville et, tout en emplissant les fossés de défense, servait à actionner des moulins à blé.
    Le cours de l’Agau, recouvert au siècle dernier, est devenu la Rue Nationale, qui conduit du quai de la Fontaine à la porte d’Auguste.
    La source était sacrée et les fouilles ont mis au jour de nombreuses inscriptions votives consacrées aussi bien à Nemausus, le dieu gaulois primitif, qu’aux « Mères de Nîmes », aux nymphes, à Apollon identifié au lieu.
    Les Jardins de la Fontaine tels qu’on les visite aujourd’hui ont été construits au XVIIIe siècle sur l’emplacement d’importantes constructions romaines composant un vaste ensemble monumental.
    La source de type vauclusien qui, au rythme des saisons, sourd ou jaillit au pied du mont Cavalier est le produit de l’accumulation des eaux de ruissellement. Elles se faufilent à travers les failles calcaires des vallons avoisinants, se rejoignent dans les avens souterrains qui laissent déborder leur trop plein sur la couche argileuse du sous-sol de la plaine de Nîmes et jaillissent sur le lieu sacré.
    Les Romains se sont aisément adaptés au dieu liquide. Mais leur sens de la superstition comme du fonctionnel a permis la construction de nombreux édifices : des bassins et des canaux coupés de ponts pour relier entre eux portiques, stylobates supportant un autel, un temple. Ajoutons-y le temple de Diane situé à gauche du bassin de la source, et un théâtre recouvert par les jardins à droite et sur la hauteur.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “La Fontaine de Nîmes”