• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Luberon

    La cathédrale Sainte-Anne à Apt

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Jean Barruol s’est attaché à montrer que les reliques de Sainte Anne étaient au centre de la cathédrale d’Apt dans la crypte la plus basse, au-dessous du maître autel. On communiquait avec cette crypte par un puits ; le corps de la sainte serait protégé ainsi de toute profanation. Pour cet auteur, les restes d’Anne auraient été apportes de Palestine par saint Cassien au début du Vme siècle ; les liens étroits qui l’unissaient à saint Castor évêque d’Apt auraient permis à celui-ci d’élever une cathédrale sur le tombeau de la mère de la Vierge.
    De toute façon la cathédrale a été rasée quatre fois et quatre fois reconstruite au même endroit avec ferveur.
    La cathédrale actuelle est un mélange de styles divers. Bâtie au XIIme siècle, elle a subi de nombreuses modifications. De l’époque romane subsistent les piliers de la nef et le collatéral sud quelque peu postérieur.
    La couverture d’origine a été remplacée au XVIIIme par des croisées d’ogives permettant d’ouvrir des fenêtres hautes pour éclairer le vaisseau.
    Le bas-côté nord fut bâti par Hughes Botti évêque, au XIVme siècle, mais il a été profondément modifié au XVIIme, notamment par l’adjonction de la chapelle royale.
    Le choeur et l’abside auxquels on accède par un double escalier qui encadre l’accès à la crypte, ont été entièrement remaniés au XVIIme.
    Dans la première crypte une abside en cul-de-four est entourée d’un déambulatoire. La nef est à trois travées voûtées d’arêtes. On pense qu’elle date du XIme siècle. Dans les niches qui ornent le déambulatoire sont placés six petits sarcophages du XIIIme, ornés d’arcatures trilobées et qui contiennent vraisemblablement les vestiges d’un ossuaire.
    Un étroit couloir conduit à la deuxième crypte qui contient le loculus carré fermé autrefois par une grille et qui aurait contenu les reliques de Sainte Anne.
    Le vitrail qui orne le choeur de la cathédrale Sainte-Anne d’Apt est du XIVme siècle. Il représente Sainte-Anne, la Vierge et l’Enfant Jésus entourés de Saint-Elzéar de Sabran, d’Urbain V et de Raymond Bot, évêque d’Apt, Rostang Bot et sa fille, seigneur de Saignon, qui en est certainement le donateur.
    Le sarcophage qui se trouve dans l’église d’Apt date du IVme siècle. C’est sans doute celui de saint Auspice, premier évêque d’Apt et martyr, pense Jean Barruol. On sait qu’Auspice fut sacrifié pour avoir renversé une idole païenne à coups de pied. Sur le sarcophage se trouvent sculptés le Christ jeune et imberbe entouré d’Hippolyte, prêtre romain conduit aux mines de Sardaigne en compagnie du pape Pontien sous le règne de Maximin en 235 et Sustus, qui devint pape en 257 sous le nom de Sixte II et un des héros des catacombes. C’est lui en effet qui ordonna la translation des corps de saint Pierre et saint Paul aux catacombes, avant d’être victime des persécutions de Valérien.
    Le trésor d’Apt comprend plusieurs pièces étranges ou fort belles. Ainsi cette serrure du XIVme siècle en forme de tête humaine et dont la clé s’introduit dans l’oreille droite. Deux reliquaires de bois recouverts de cuivre émaillé font partie de cette série de « Limoges » du XIIIme siècle, aussi rares que magnifiques. L’un en particulier montre le Christ, saint Pierre et les quatre évangélistes. Une boîte en ivoire gravée de caractères arabes et décoré de paons et d’oiseaux paraît être un cadeau fait à Sainte-Anne. Il s’agit d’une oeuvre du XVe siècle.
    Dans le trésor de la cathédrale d’Apt, figure une pièce qui durant des siècles a soulevé la curiosité des savants et la ferveur des foules. Le voile de Sainte-Anne n’a eu son mystère éclairci qu’au début du siècle. On croyait jusqu’alors que cette étoffe de lin très fin de 3 m. 10 sur 1 m 50 était réellement le suaire de la mère de Marie dont on honore les restes à Apt. Or les trois bandes qui décorent le tissu aux teintes jaune, verte, bleue et rouge sont ornées de médaillons cerclés d’or où se détachent des inscriptions qui ont été déchiffrées. La principale dit : « Ali est l’ami de Dieu, que Dieu lui accorde sa bénédiction. L’imam Abul Kasim Al Musta Li Billah, émir des croyants, que les bénédictions de Dieu soient sur lui, sur ses ancêtres purs et ses très honorables descendants ». Une autre dit encore : « Ses très honorables descendants. Le seigneur très illustre Al Afdal, le glaive de l’imam, l’illustration de l’Islam ». Et enfin ce cartouche qui indique : « Fait à Damiette sous le calife Musta Li ».
    Ces inscriptions rédigées en caractères couffiques révèlent que Musta Li régna de 1094 à 1101. Nous savons qu’il avait pour premier ministre Afdal Shahanshah de 1090 à 1097,


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “La cathédrale Sainte-Anne à Apt”