• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Avignon

    Fort Saint André

    €5,50

    Le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon servait à défendre l’accès du royaume de France dans le Languedoc.l’ancien nom du bourg de Villeneuve était d’ailleurs . »Saint-André »-les-Avignon » Les premières traces d’occup…

    Plus de visites & activités pour : Étiquette :

    Adresse

    Adresse

    Rue Montée du Fort

    Ville

    Villeneuve-les-Avignon

    Code postal

    30400

    Site web

    http://fort-saint-andre.monuments-nationaux.fr/

    Geolocalisation


    Description

    Le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon servait à défendre l’accès du royaume de France dans le Languedoc.l’ancien nom du bourg de Villeneuve était d’ailleurs . »Saint-André »-les-Avignon » Les premières traces d’occupation à l’emplacement du fort remontent à la Préhistoire, mais c’est véritablement au Xe siècle que cette colline appelée mont Andaon, va prendre de l’importance. En effet, c’est en 999 qu’une première abbaye est construite au sommet. Elle est destinée à abriter les reliques de Sainte Casarie, qui s’était retirée sur cette montagne avant d’y mourir au VIe siècle. L’abbaye connaît alors une grande prospérité et compte jusqu’à 80 moines au Moyen Age. Une population nombreuse vient vivre autour de l’abbaye. C’est alors que le mont Andaon dominant la vallée du Rhône va prendre toute son importance: il est situé sur les terres du Comté de Toulouse, face aux terres du Comté de Provence. En 1032, à la mort de Rodolphe III de Bourgogne, le comté de Provence est rattaché au Saint Empire Germanique. Par liens dynastiques, la partie Nord du comté de Provence est rattaché au Comté de Toulouse en 1193 . Puis en 1274 et 1348, le Comtat Venaissin puis la ville d’Avignon sont cédées au pape. Ainsi le mont Andaon, appartenant toujours au Comté de Toulouse ayant fait allégeance au roi de France, se retrouve face à la puissance pontificale. Dès le début du XIIIe siècle, le roi Louis VIII (1223-1226) prend conscience de l’intérêt stratégique du mont Andaon. Désirant étendre le domaine royal vers le Sud et l’Est, le roi signe un acte de pariage avec l’abbaye Saint-André qui la dégage de l’influence de l’évêque d’Avignon et des éventuelles convoitises dont elle pourrait faire l’objet. Cet accord est renouvelé par Philippe le Bel (1270-1314) qui signe un nouvel acte de pariage en 1292, dans lequel il montre sa volonté d’assurer la protection du lieu. Ainsi il entreprend la construction d’un fort qui protégerait l’abbaye et le village des bandes armées ravageant alors les villes et villages du Sud de la France. Mais c’est seulement sous Jean II Le Bon (1350-1364) que le fort sera véritablement mis en œuvre puis terminé sous le règne de Charles V (1364-1380). L’accès à la forteresse se fait par une vaste porte flanquée de deux tours jumelles. Leurs terrasses offrent un panorama impressionnant sur la vallée du Rhône et Avignon. Il fut classé monument historique en 1903 Lors de votre visite du fort, n’oubliez pas de découvrir les jardins de l’abbaye. Figurant parmi les plus beaux jardins de France, ils sont une véritable invitation à la rêverie, à la promenade romantique Le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon servait à défendre l’accès du royaume de France dans le Languedoc.l’ancien nom du bourg de Villeneuve était d’ailleurs . »Saint-André »-les-Avignon » Les premières traces d’occupation à l’emplacement du fort remontent à la Préhistoire, mais c’est véritablement au Xe siècle que cette colline appelée mont Andaon, va prendre de l’importance. En effet, c’est en 999 qu’une première abbaye est construite au sommet. Elle est destinée à abriter les reliques de Sainte Casarie, qui s’était retirée sur cette montagne avant d’y mourir au VIe siècle. L’abbaye connaît alors une grande prospérité et compte jusqu’à 80 moines au Moyen Age. Une population nombreuse vient vivre autour de l’abbaye. C’est alors que le mont Andaon dominant la vallée du Rhône va prendre toute son importance: il est situé sur les terres du Comté de Toulouse, face aux terres du Comté de Provence. En 1032, à la mort de Rodolphe III de Bourgogne, le comté de Provence est rattaché au Saint Empire Germanique. Par liens dynastiques, la partie Nord du comté de Provence est rattaché au Comté de Toulouse en 1193 . Puis en 1274 et 1348, le Comtat Venaissin puis la ville d’Avignon sont cédées au pape. Ainsi le mont Andaon, appartenant toujours au Comté de Toulouse ayant fait allégeance au roi de France, se retrouve face à la puissance pontificale. Dès le début du XIIIe siècle, le roi Louis VIII (1223-1226) prend conscience de l’intérêt stratégique du mont Andaon. Désirant étendre le domaine royal vers le Sud et l’Est, le roi signe un acte de pariage avec l’abbaye Saint-André qui la dégage de l’influence de l’évêque d’Avignon et des éventuelles convoitises dont elle pourrait faire l’objet. Cet accord est renouvelé par Philippe le Bel (1270-1314) qui signe un nouvel acte de pariage en 1292, dans lequel il montre sa volonté d’assurer la protection du lieu. Ainsi il entreprend la construction d’un fort qui protégerait l’abbaye et le village des bandes armées ravageant alors les villes et villages du Sud de la France. Mais c’est seulement sous Jean II Le Bon (1350-1364) que le fort sera véritablement mis en œuvre puis terminé sous le règne de Charles V (1364-1380). L’accès à la forteresse se fait par une vaste porte flanquée de deux tours jumelles. Leurs terrasses offrent un panorama impressionnant sur la vallée du Rhône et Avignon. Il fut classé monument historique en 1903 Lors de votre visite du fort, n’oubliez pas de découvrir les jardins de l’abbaye. Figurant parmi les plus beaux jardins de France, ils sont une véritable invitation à la rêverie, à la promenade romantique Le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon servait à défendre l’accès du royaume de France dans le Languedoc.l’ancien nom du bourg de Villeneuve était d’ailleurs . »Saint-André »-les-Avignon » Les premières traces d’occupation à l’emplacement du fort remontent à la Préhistoire, mais c’est véritablement au Xe siècle que cette colline appelée mont Andaon, va prendre de l’importance. En effet, c’est en 999 qu’une première abbaye est construite au sommet. Elle est destinée à abriter les reliques de Sainte Casarie, qui s’était retirée sur cette montagne avant d’y mourir au VIe siècle. L’abbaye connaît alors une grande prospérité et compte jusqu’à 80 moines au Moyen Age. Une population nombreuse vient vivre autour de l’abbaye. C’est alors que le mont Andaon dominant la vallée du Rhône va prendre toute son importance: il est situé sur les terres du Comté de Toulouse, face aux terres du Comté de Provence. En 1032, à la mort de Rodolphe III de Bourgogne, le comté de Provence est rattaché au Saint Empire Germanique. Par liens dynastiques, la partie Nord du comté de Provence est rattaché au Comté de Toulouse en 1193 . Puis en 1274 et 1348, le Comtat Venaissin puis la ville d’Avignon sont cédées au pape. Ainsi le mont Andaon, appartenant toujours au Comté de Toulouse ayant fait allégeance au roi de France, se retrouve face à la puissance pontificale. Dès le début du XIIIe siècle, le roi Louis VIII (1223-1226) prend conscience de l’intérêt stratégique du mont Andaon. Désirant étendre le domaine royal vers le Sud et l’Est, le roi signe un acte de pariage avec l’abbaye Saint-André qui la dégage de l’influence de l’évêque d’Avignon et des éventuelles convoitises dont elle pourrait faire l’objet. Cet accord est renouvelé par Philippe le Bel (1270-1314) qui signe un nouvel acte de pariage en 1292, dans lequel il montre sa volonté d’assurer la protection du lieu. Ainsi il entreprend la construction d’un fort qui protégerait l’abbaye et le village des bandes armées ravageant alors les villes et villages du Sud de la France. Mais c’est seulement sous Jean II Le Bon (1350-1364) que le fort sera véritablement mis en œuvre puis terminé sous le règne de Charles V (1364-1380). L’accès à la forteresse se fait par une vaste porte flanquée de deux tours jumelles. Leurs terrasses offrent un panorama impressionnant sur la vallée du Rhône et Avignon. Il fut classé monument historique en 1903 Lors de votre visite du fort, n’oubliez pas de découvrir les jardins de l’abbaye. Figurant parmi les plus beaux jardins de France, ils sont une véritable invitation à la rêverie, à la promenade romantique Le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon servait à défendre l’accès du royaume de France dans le Languedoc.l’ancien nom du bourg de Villeneuve était d’ailleurs . »Saint-André »-les-Avignon » Les premières traces d’occupation à l’emplacement du fort remontent à la Préhistoire, mais c’est véritablement au Xe siècle que cette colline appelée mont Andaon, va prendre de l’importance. En effet, c’est en 999 qu’une première abbaye est construite au sommet. Elle est destinée à abriter les reliques de Sainte Casarie, qui s’était retirée sur cette montagne avant d’y mourir au VIe siècle. L’abbaye connaît alors une grande prospérité et compte jusqu’à 80 moines au Moyen Age. Une population nombreuse vient vivre autour de l’abbaye. C’est alors que le mont Andaon dominant la vallée du Rhône va prendre toute son importance: il est situé sur les terres du Comté de Toulouse, face aux terres du Comté de Provence. En 1032, à la mort de Rodolphe III de Bourgogne, le comté de Provence est rattaché au Saint Empire Germanique. Par liens dynastiques, la partie Nord du comté de Provence est rattaché au Comté de Toulouse en 1193 . Puis en 1274 et 1348, le Comtat Venaissin puis la ville d’Avignon sont cédées au pape. Ainsi le mont Andaon, appartenant toujours au Comté de Toulouse ayant fait allégeance au roi de France, se retrouve face à la puissance pontificale. Dès le début du XIIIe siècle, le roi Louis VIII (1223-1226) prend conscience de l’intérêt stratégique du mont Andaon. Désirant étendre le domaine royal vers le Sud et l’Est, le roi signe un acte de pariage avec l’abbaye Saint-André qui la dégage de l’influence de l’évêque d’Avignon et des éventuelles convoitises dont elle pourrait faire l’objet. Cet accord est renouvelé par Philippe le Bel (1270-1314) qui signe un nouvel acte de pariage en 1292, dans lequel il montre sa volonté d’assurer la protection du lieu. Ainsi il entreprend la construction d’un fort qui protégerait l’abbaye et le village des bandes armées ravageant alors les villes et villages du Sud de la France. Mais c’est seulement sous Jean II Le Bon (1350-1364) que le fort sera véritablement mis en œuvre puis terminé sous le règne de Charles V (1364-1380). L’accès à la forteresse se fait par une vaste porte flanquée de deux tours jumelles. Leurs terrasses offrent un panorama impressionnant sur la vallée du Rhône et Avignon. Il fut classé monument historique en 1903 Lors de votre visite du fort, n’oubliez pas de découvrir les jardins de l’abbaye. Figurant parmi les plus beaux jardins de France, ils sont une véritable invitation à la rêverie, à la promenade romantique Le fort Saint-André à Villeneuve-les-Avignon servait à défendre l’accès du royaume de France dans le Languedoc.l’ancien nom du bourg de Villeneuve était d’ailleurs . »Saint-André »-les-Avignon » Les premières traces d’occupation à l’emplacement du fort remontent à la Préhistoire, mais c’est véritablement au Xe siècle que cette colline appelée mont Andaon, va prendre de l’importance. En effet, c’est en 999 qu’une première abbaye est construite au sommet. Elle est destinée à abriter les reliques de Sainte Casarie, qui s’était retirée sur cette montagne avant d’y mourir au VIe siècle. L’abbaye connaît alors une grande prospérité et compte jusqu’à 80 moines au Moyen Age. Une population nombreuse vient vivre autour de l’abbaye. C’est alors que le mont Andaon dominant la vallée du Rhône va prendre toute son importance: il est situé sur les terres du Comté de Toulouse, face aux terres du Comté de Provence. En 1032, à la mort de Rodolphe III de Bourgogne, le comté de Provence est rattaché au Saint Empire Germanique. Par liens dynastiques, la partie Nord du comté de Provence est rattaché au Comté de Toulouse en 1193 . Puis en 1274 et 1348, le Comtat Venaissin puis la ville d’Avignon sont cédées au pape. Ainsi le mont Andaon, appartenant toujours au Comté de Toulouse ayant fait allégeance au roi de France, se retrouve face à la puissance pontificale. Dès le début du XIIIe siècle, le roi Louis VIII (1223-1226) prend conscience de l’intérêt stratégique du mont Andaon. Désirant étendre le domaine royal vers le Sud et l’Est, le roi signe un acte de pariage avec l’abbaye Saint-André qui la dégage de l’influence de l’évêque d’Avignon et des éventuelles convoitises dont elle pourrait faire l’objet. Cet accord est renouvelé par Philippe le Bel (1270-1314) qui signe un nouvel acte de pariage en 1292, dans lequel il montre sa volonté d’assurer la protection du lieu. Ainsi il entreprend la construction d’un fort qui protégerait l’abbaye et le village des bandes armées ravageant alors les villes et villages du Sud de la France. Mais c’est seulement sous Jean II Le Bon (1350-1364) que le fort sera véritablement mis en œuvre puis terminé sous le règne de Charles V (1364-1380). L’accès à la forteresse se fait par une vaste porte flanquée de deux tours jumelles. Leurs terrasses offrent un panorama impressionnant sur la vallée du Rhône et Avignon. Il fut classé monument historique en 1903 Lors de votre visite du fort, n’oubliez pas de découvrir les jardins de l’abbaye. Figurant parmi les plus beaux jardins de France, ils sont une véritable invitation à la rêverie, à la promenade romantique


    informations pratiques

    Prix plein tarif

    5,50

    Informations tarif

    Plein tarif : 5,50 Tarif réduit : 4,50 (jeunes de 18 à 25 ans non ressortissants de l’Union européenne) Tarif groupe : 4,50 (groupe d’adultes à partir de 20 personnes, groupe conduit par un professionnel du tourisme, conférencier et guides de l’Union européenne) Tarif droit réservation groupe scolaire : 20 EUROS (15 EUROS pour les ZEP) ; 35 élèves maximum Gratuité : Moins de 18 ans (en famille et hors groupes scolaires) 18-25 ans (ressortissants de l’Union Européenne et résidents réguliers non-européens sur le territoire de l’Union Européenne) 1er dimanche du mois de novembre à mai Personne handicapée et son accompagnateur, Demandeur d’emploi, sur présentation d’une attestation de moins de 6 mois, bénéficiaires RMI, RSA, aide sociale Journalistes

    Dates et horaires d´ouverture

    Ouvert tous les jours Du 1er octobre au 31 mai : 10h-13h ; 14h-17h Du 1er juin au 30 septembre : 10h-18h Fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre

    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Fort Saint André”