• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Alpilles

    Châteaurenard

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    L’oppidum qui domine la Durance dut être occupé très tôt. En tout cas on y a relevé des traces d’occupation romaine. Ce sont les Renard, fort communs dans la région au XIe siècle, qui ont donné son nom au site.

    Guillaume de Châteaurenard part pour la croisade en 1151 et meurt sur la route. Sa veuve cède le domaine au comte Alphonse 1er qui reconstruit le château. La reine Jeanne l’aménage à nouveau et vend la seigneurie au sénéchal Jean Gantelmi, qui donne sa fille en mariage à un Pontevès. La terre est alors élevée à la baronnie avant de retourner à Louis d’Anjou. ;

    Laugier Sapor, évêque de Gap, achète le domaine en 1420 avant d’être emprisonné à Tarascon (voir son histoire à la suite de la description du château). Puis ce sont les Beauvau qui l’habitent.

    Commandant le passage de la Durance, Châteaurenard est souvent en conflit avec les gens de Barbentane, jaloux de défendre leur bac pour passer la rivière. Au temps des papes d’Avignon, le château abrita souvent des cardinaux qui ne partageaient pas forcément le même point de vue que le Saint Père. Le pontife finit lui-même par s’y réfugier. Benoit XIII, Pedro de Luna, assiégé dans son palais par les troupes de Boucicaut put s’enfuir par une poterne et gagner le large. C’est le château des Renard qui l’accueillit. C’est là que le comte Louis II de Provence vint lui rendre visite.

    La Valette commande les troupes royales lorsqu’en 1589, en pleine guerre de religion, il assiège le château, le prend, le pille. Henri IV en fera démolir les fortifications un peu plus tard.

    La lutte du comte d’Alès contre les parlementaires en 1649 se porta contre le château qui appartenait alors au conseiller d’Aimar. Le château fut pris et la garnison ne se retira qu’avec 16.000 livres en poche.

    Les derniers barons de Châteaurenard seront les Thomassin de Saint-Paul. Pendant la révolution, 1792, fut l’année fatale pendant laquelle les sans-culottes détruisirent le château. La commune s’appela alors pour un temps « Montrenard ».

    Le château

    Remarquablement placé sur un piton rocheux, le château surveille toute la vallée de la Durance. Il n’en reste que deux tours rondes bordées de mâchicoulis reliées par une courtine. Les ruines ont appartenu en 1914 à un Allemand, Othon Benze de Benzenhofen. Placées sous séquestre elles furent vendues aux enchères et rachetées par la ville.

    Un jardin public entoure maintenant les restes du château.

    La Saint-Eloi et la Madeleine

    Il y a deux grandes fêtes à Châteaurenard qui se renouvellent chaque année : le charroi de la Saint-Eloi et la sortie de la Madeleine. Le premier dimanche de juillet les cultivateurs sortent la charrette ornée d’épis de blé et de fleurs, attelée de nombreux chevaux et qui porte la statue de Saint-Eloi. Le premier d’août, la fête de la Madeleine permet de faire sortir dans les rues un charroi identique orné cette fois-ci de fruits et des plus beaux légumes et montrant le buste de la République. Il semble bien que la deuxième fête ait été créée par les « Rouges » socialistes, pour s’opposer aux « Blancs » monarchistes au siècle dernier. Quoi qu’il en soit les mêmes chevaux servent aujourd’hui les deux charrois et les châteaurenardais applaudissent aussi bien l’une que l’autre avec leurs sonnailles et les claquements des fouets.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Châteaurenard”