• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Alpilles

    Château de Romanin

    Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur…

    Plus de visites & activités pour : Étiquette :

    Adresse

    Adresse

    Chemin Départemental 29 Route de Cavaillon

    Ville

    Saint-Rémy-de-Provence

    Code postal

    13210

    Site web

    http://www.romanin.com/

    Geolocalisation


    Description

    Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.” Propriété des anciens exploitants du Château Montrose, Second Grand Cru Classé Saint-Estèphe, Anne-Marie et Jean-Louis Charmolüe, consacrent à présent leur passion au Château de Romanin depuis 2006 Le domaine s’étend sur 250 hectares dont 58 sont consacrés à la vigne dans l’Appellation “Les Baux-de-Provence”, A cet emplacement, subsistent les ruines d’un château de l’ordre des Templiers datant du 13ème siècle. Ancienne « cour d’amour » au moyen âge, les ruines cohabitent aujourd’hui avec un véritable monument d’architecture. Une cave enterrée et recouverte de terre végétalisée a en effet été bâtie pour assurer une parfaite harmonie entre la culture des vignes et le travail en cave. Creusée dans la roche, elle a été conçue à l’image des cathédrales gothiques : Colonnes, chapiteaux, croisées d’ogives, rythment l’espace selon l’unité de base des bâtisseurs d’antan. Ici, 60% de vins rouges, 30% de vins rosés et 10% de vins blancs, sont élevés en foudres et en barriques. Depuis la création du vignoble en 1988, les vins de Château Romanin sont issus d’une culture de la vigne en biodynamie. Une méthode de culture qui correspond à une philosophie et un état d’esprit respectueux de la nature. Ainsi, les vignes bénéficient d’un traitement original qui tient compte de la nature du sol, du rythme de la nature et de l’influence des astres. Un calendrier des semis permet de respecter les grands cycles naturels et de répartir les traitements à base de compost de boue, de tisanes d’orties, décoction de prêle, silice pilée. Aucun désherbant ni produit chimique n’interviennent dans la culture du vignoble. Le premier millésime de Château Romanin a vu le jour en 1990. Les vins de Château Romanin sont à l’image de ce terroir unique et reflètent l’influence du mode de culture. Ils expriment à la fois un caractère terrien, à travers leur structure solide et chaleureuse, leur minéralité aromatique et un caractère aérien, élancé à travers leur amplitude, leur délicatesse et leur fraîcheur. Situé dans un couloir très exposé au Mistral, le terroir de Château Romanin, sol poreux, argilo-calcaire et caillouteux, ne craint pas l’humidité néfaste à ce type de culture biodynamique. À Château Romanin, la vendange est manuelle et réceptionnée dans des caissettes ajourées de 15 à 18 kg afin de ne pas abîmer les grappes en les comprimant trop fortement. Les raisins sont ensuite soigneusement triés à la main sur une table de tri. Le chai de vinification est équipé d’un pressoir pneumatique, de cuves inox de 150 hl et de cuves en bois de forme tronconique. Un système électronique de sondes est placé dans chaque cuve pour réguler et maîtriser la température de fermentation des jus et optimiser leur développement aromatique. Foudres et barriques en chêne de tous âges, mais aussi cuves inox et béton : en inox pour garder du fruit, en béton brut pour améliorer la qualité du fruité, en bois pour enrober le fruité, arrondir les tanins… L’assemblage a lieu au début du printemps : dégustation, évaluation et sélection des vins, assemblage des sélections parcellaires. La température reste naturelle et le vin ne subit que peu ou pas de filtration. Nous finirons cette étape audio par un poême d’un protecteur d’eygalières et de ses environs, un véritable félibre d’Eygalières Ludovic Souvestre “ »Ô Romanin, ô vieux château Temple du Vrai, Temple du Beau, si tu ne vis qu’en souvenir, tu demeures pourtant le symbole d’une Provence de splendeur. Sur tes éboulis, vieux château, narguant la chaleur et le givre toujours, jamais las de chanter,viendront en foule les poètes.”


    informations pratiques

    Informations tarif

    Gratuit

    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Château de Romanin”