• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Avignon

    BONNETERIE (rue)

    Plus de visites & activités pour :

    Description

    Cette rue est le résultat de la fusion en une seule de plusieurs rues médiévales. Dans la partie haute, près de la rue Rouge se trouvait autrefois la rue du Sauvage, du nom de la taverne de l’Homme Sauvage. Au XVIe siècle, l’herboriste Jean Perusini tenait ici boutique et prit naturellement le surnom de «Sauvage». Ensuite on rencontrait la rue de Saint-Geniès dans la partie longeant cette église ; la Bonneterie courait alors jusqu’au Halles actuelles avant d’être relayée par la rue de la Pelleterie (des marchands de fourrure), devenue plus tard la Coyraterie ou Marché aux Cuirs : la dernière partie allait jusqu’au Portail Peint sous le nom de rue de la Verrerie.
    N° 11 : Ici se trouvait au Moyen Age l’hôpital de France qui fit place à l’église Saint-Geniès en 1452. L’église reconstruite en 1510 fut réaménagée en 1627. «Cet élégant édifice portait l’empreinte des talents des Péru qui l’avaient conduit et orné». En 1792, l’édifice devient le siège de la Société Populaire. En 1801 est créée la Bourse du Commerce à laquelle est adjointe bientôt la Chambre de Commerce. En 1888 un Musée Industriel s’y ajoutera. De tout ceci, il ne reste qu’un fronton sculpté de l’ancienne Chambre de Commerce du côté de la rue du Vieux Sextier.
    A l’angle de la rue Trémoulet se trouve la maison où naquit le peintre Joseph Vernet le 14 août 1714 à deux heures du matin.
    N° 35 : maison du négociant Jean Paul Raoux, construite à la fin du XVIIe siècle par Jean Péru.
    N° 40 hôtel de Camaret élevé au début du XVIIIe siècle par le chevalier Mignard.
    N° 44 hôtel de Cambis de la Falesche, fin du XVIIIe siècle.
    N° 54 hôtel Fogasse de la Bastie, XVIIIe.
    N° 97 maison du peintre Pierre-Antoine Grivolas. Il fut directeur des Beaux Arts d’Avignon et mourut en 1906 dans cette maison. Le Musée Calvet possède une cinquantaine de ses toiles.
    A l’angle de la rue d’Amphoux se trouvait l’hôtel de l’Eglise qui fut habitée au XVIIIe siècle par Jean Baptiste de Barbier de la famille du château de la Barbière. Cet auditeur de la Rote possédait une des plus belles bibliothèques de la région.
    A l’extrémité de la rue, après-guerre, se trouvait une pharmacie qui vendait du Thermogène pour soulager les enfants malades. Puis se trouvait la fabrique de pâtes Lazzaretti ; le boulanger Aymard qui faisait cuire les tripières dans son four ; les Docks Méridionaux ; le marchand de volailles Bonneton qui mirait chaque oeuf ; Capeau l’épicier vendeur de jujubes ; la pâtisserie La Royale.


    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “BONNETERIE (rue)”