• LES GARANTIES PROVENCEPASS :
  • Les meilleures
    attractions de Provence

    Visites, loisirs, sorties
  • Prix en ligne
    le plus bas

    Meilleure offre Internet !
  • Réservation simple
    et rapide de tickets

    Paiements sécurisés

    Durance

    Abbaye de Silvacanne

    €7,50

    Abbaye de Silvacane L'abbaye dresse ses beaux volumes de pierre à la Roque d'Anthéron, dans un site naturel préservé. Dominant la plaine durancienne, elle offre une halte privilégiée au cœur de superbes paysages provença…

    Plus de visites & activités pour : Étiquette :

    Adresse

    Adresse

    RD561

    Ville

    La Roque-d'Anthéron

    Code postal

    13640

    Site web

    http://www.abbaye-silvacane.com/

    Geolocalisation


    Description

    L’abbaye dresse ses beaux volumes de pierre à la Roque d’Anthéron, dans un site naturel préservé. Dominant la plaine durancienne, elle offre une halte privilégiée au cœur de superbes paysages provençaux. Située proche de la Chaîne des Côtes, à l’orée de chênes truffiers l’abbaye s’impose majestueusement face aux contreforts du Luberon. Joyau de l’art cistercien, elle fait partie des trois célèbres abbayes provençales avec Sénanque et le Thoronet. D’expression essentiellement romane, elle introduit en Provence au XIIIème siècle les premières voûtes sur croisées d’ogives. La pureté des formes, l’harmonie des volumes, la sobriété du décor et la qualité de la lumière en font un exemple remarquable de l’idéal cistercien. Entrez pour la visite et profitez de ce silence monacal, austérité sereine, pureté des lignes de pierre. D’avril à septembre, l’abbaye développe une programmation culturelle diversifiée rythmée par des temps forts où alternent expositions et concerts. Les expositions créent ainsi un lien entre le monument d’architecture romane et l’art contemporain. Les nombreux concerts donnés dans les registres musicaux différents mettent en valeur l’acoustique exceptionnelle du site. Fille de l’abbaye de Morimond, Silvacane est fondée en 1144. Les XIIème et XIIIème siècles marquent l’épanouissement spirituel et économique de Silvacane, qui fonde elle-même l’abbaye de Valsainte (diocèse d’Apt). L’invasion par les moines de Montmajour, la Grande Peste, la guerre de Cent Ans, les discordes civiles ébranlent Silvacane dès la fin du XIIIème siècle. En 1455, l’abbaye est rattachée au chapitre de la Cathédrale d’Aix en Provence et devient l’église paroissiale de la Roque d’Anthéron, lors de la création du village en 1513. Dès la fin du XVIème siècle, protestants et catholiques occupent successivement l’abbaye. Déclarée bien national à la Révolution, l’abbaye est transformée en exploitation agricole sans être démolie. Depuis janvier 2008, l’abbaye est la propriété de la commune de La Roque d’Anthéron. Les enfants pourront découvrir l’abbaye de Silvacane grâce à un jeu de piste ludique et amusant. A ton avis qu’est-ce qu’une abbaye ? A quoi pouvez-t-elle servir ? Qui sont les moines ? Quelle règle les moines suivent-ils ? pour le découvrir viens à l’abbaye et demande ton jeu de piste. Abbaye de Silvacane

    On sait que le chef du groupe de moines qui s’établit au XIme siècle au-dessus de la Durance, du côté sud, s’appelait André. Un pacte avait été conclu avec les frères pontifes de l’autre rive du torrent, et dès lors les voyageurs trouvèrent à leur disposition un bac pour les faire passer d’un bord à l’autre. L’endroit prit pour nom Silvacane, la forêt de roseaux.
    Raymond des Baux voulut organiser cette entreprise, ou lui venir en aide. Depuis 1136, les cisterciens étaient en train de bâtir leur monastère au Thoronet, depuis 1137 à Aiguebelle. Aussi est-ce à cet ordre qu’il demanda de s’installer sur les rives de la Durance, en 1144.
    L’abbé Othon, demi-frère de l’empereur Conrad III, vint de l’abbaye de Noirmond avec douze frères succéder aux premiers passeurs. Bientôt tous les droits attenants aux terres de Silvacane leurs sont cédés par le chapitre d’Aix et le seigneur de la Roque ; de nombreuses donations assurent l’avenir de la communauté.
    Bertrand des Baux fait commencer la construction de l’église en 1175 ; il sera enterré avec sa femme Tiburge dans la première travée du collatéral sud. Mais avec le temps, le grand élan monastique du Moyen Age s’étiole et à la fin du XIVme siècle, l’abbaye est dans un triste état. Il faudra la vigueur de l’abbé Antoine de Boniface pour qu’à partir de 1420 les travaux reprennent et que soit construit le grand réfectoire, Hélas, son successeur.
    Jean du Bouchage doit céder son abbaye en 1443 aux chanoines de Saint-Sauveur d’Aix ; il ne commandait plus qu’à deux moines.
    A la Révolution, les bâtiments pratiquement désaffectés seront achetés par la famille Garcin, puis l’état décida de les sauver de la ruine en 1846. Depuis, très lentement, les services des monuments historiques avec la patience qui les caractérise, ont réussi à refaire jouer le soleil sur la pierre blonde.
    Silvacane, c’est le plan type du monastère cistercien. L’église est orientée, le cloître est au nord de celle-ci et la jouxte. Dans le prolongement du transept septentrional on trouve la salle capitulaire et la salle des moines, puis autour du cloître, le réfectoire et les bâtiments des convers, aujourd’hui disparus. Notons toutefois que l’ensemble des constructions s’incline en pente douce vers le nord, du côté de la Durance.
    L’église de Silvacane
    Tout comme celle de Sénanque, l’église de Silvacane avait son toit couvert de « lauzes », ces pierres sèches qui abondent à fleur de terre dans la région. Ce sont les restaurations entreprises depuis un siècle qui ont vu la mise en place de la toiture actuelle.
    L’édifice est en forme de croix latine à chevet plat. La nef comprend trois travées ouvertes sur les collatéraux par de grandes arcades. Le voûtement est un berceau brisé et se répète tant dans le choeur que dans les transepts. On remarque les arcs doubleaux dont le doublé retombe sur les piles cruciformes en prenant l’aspect de pilastres chutant sur des culots dégradés.
    La croisée des transepts, encadrée par quatre arcs brisés à double rouleau, est couverte d’une voûte sur croisée d’ogives dont les retombées viennent mourir en trois tores sur le départ des piles.
    Sur chaque bras de transept se trouvent deux chapelles voûtées d’ogives qui, au moins pour celles du sud, retombent sur des colonnettes.
    Les collatéraux sont couverts d’un berceau rampant à l’exception de la troisième travée nord qui est en demi-berceau.
    L’église est éclairée par trois fenêtres dans le fond du choeur surmontées d’un oculus polylobé, par une ouverture dans chaque chapelle des transepts et par trois fenêtres dans le collatéral sud.
    La porte d’entrée est surmontée à l’extérieur d’un tympan autrefois orné des armes de Saint-Sauveur d’Aix avec l’agneau et la croix ; les voussures moulurées retombent en plein cintre sur les chapiteaux décorés de feuillages en volutes.
    Au-dessus de la croisée du transept, un petit clocher dont le toit a disparu montre ses fenêtres géminées.
    Le cloître de Silvacane
    Placé dans le sens de la pente, il se trouve à 1,60 mètre au-dessous du niveau de l’église. Ses voûtes sont en berceau en plein cintre, soutenues par des arcs doubleaux. Sauf à la croisée nord-ouest la dernière construite, les angles sont portés par des croisées d’ogives. Des grandes arcatures qui ouvrent sur le jardin étaient autrefois coupées par d’autres plus petites.
    Dans le prolongement du transept nord de l’église se trouve la sacristie puis la salle capitulaire.
    La salle capitulaire de Silvacane
    Par deux baies géminées donnant sur le cloître, et trois fenêtres en plein cintre placées à l’est, la lumière afflue dans la salle capitulaire. Six croisées d’ogives laissent retomber des tores jumeaux sur les culots stylisés à l’extrême, répartis autour des murs, tandis qu’au centre deux splendides colonnes reçoivent les faisceaux de pierre. Leurs tailloirs sont nus; leurs chapiteaux ont des palmettes à peine esquissées ou légèrement crossées ; l’un des fûts est une torsade, son compagnon accole quatre colonnettes qui s’engagent pour ne plus laisser entre elles qu’une rigole douce.
    Tandis qu’au-dessus de la salle capitulaire s’étend le dortoir des moines, à côté se trouve le couloir qui conduit au jardin et l’escalier qui dessert l’étage. Puis au-delà on trouve la salle des moines.
    Elle est aussi à six travées soutenues au centre de la pièce par deux colonnes. Cette salle a souffert de l’abandon et seule la cheminée avec sa hotte monumentale est intacte. Néanmoins on peut apprécier la finesse des ogives. Ainsi par la stylisation rigoureuse de l’architecture, les moines ont su donner à leurs lieux de réunion une élégance rare mais toujours présente dans un monastère cistercien.
    Parallèles à l’église, le réfectoire et la cuisine ouvrent sur le cloître par des portes en plein cintre. C’est dans cette partie du jardin du cloître, le long de la galerie du nord, que se trouve le pavillon de la fontaine. Le réfectoire a été reconstruit dans les premières années du XV » siècle par l’abbé Antoine de Boniface dont on reconnaît les armes sur une clef de voûte. Ici encore les voûtes d’ogives animent le plafond et découpent quatre travées qui reposent contre les murs par des arcs formerets, appuyés sur des culots à pans. L’éclairage est assuré par trois fenêtres en lancette et une rose polylobée dans le mur ouest. La quatrième fenêtre du mur nord est remplacée par un oculus qui surplombe la chaire du lecteur auquel on accède par quelques marches.


    informations pratiques

    Prix plein tarif

    7,50

    Informations tarif

    Plein tarif : 7,50 € - Tarif réduit : 6 € pour les jeunes âgés de 12 à 18 ans, les étudiants, les familles nombreuses et les personnes à mobilité réduite. GRATUIT pour les enfants de moins de 12 ans

    Dates et horaires d´ouverture

    Hors saison Du 1er octobre au 31 mars tous les jours sauf le lundi de 10h à 13h et de 14h à 17h. Du 1er avril au 31 mai tous les jours sauf le lundi de 10h à 13h00 et de 14h00 à 17h30. Saison estivale Du 1er juin au 30 septembre tous les jours de 10h à 18h. Attention, la dernière entrée se fait 3/4 d'heure avant la fermeture de l'abbaye.

    Jour de fermeture

    L'abbaye est fermée les 25 décembre, 1er janvier et 1er mai.

    Avis (0)

    Avis


    Il n’y pas encore d’avis.

    Donnez votre avis “Abbaye de Silvacanne”