Circuits à travers les Alpilles

Les Alpilles forment un coin de Provence bien particulier. Son ambiance et ses sites sont totalement différents de ceux du Lubéron, de la Camargue, des plaines du Comtat Venaissin ou encore du pays d’Aix. Cette originalité dans une province si riche se découvre en flânant, non plus à bicyclette, mais en voiture. Certes les amoureux des solitudes « Dis Aupiho » sont furieux qu’ont ait tracé des coupe-feu dans les garrigues qui permettent aux automobilistes de se faufiler dans les vallées autrefois paisibles, mais il est si tentant d’en profiter. Alors vous ne verrez pas le renard si vous vous engagez dans le lacis des sentiers, mais les collines, leur beauté et leurs parfums subsistent…

Les Alpilles et le Rhône

Ne pouvant dissocier Beaucaire de Tarascon, ce circuit commence donc sur les hauteurs du fleuve, à l’abbaye souterraine de Saint-Roman à Beaucaire. La visite de l’abbaye est suivie de la découverte du paysage splendide sur la chaîne des Alpilles de l’autre côté du Rhône. Beaucaire et ses vieux hôtels, respirent une ambiance différente de son émule, Tarascon. Cela permet de différencier l’air du Languedoc, de l’air provençal. D’ailleurs le château du Roi René et la cathédrale Sainte-Marthe confèrent à la cité son aspect policé.

On se dirige ensuite vers Saint-Rémy, non sans s’arrêter à Saint-Gabriel pour admirer une chapelle romane idyllique dans son cadre agreste. Puis au passage le château de Roussan attend une visite ainsi que la Tour Cardinale qu’il vaut toutefois mieux aborder depuis Saint-Rémy. La petite ville du pied des Alpilles mérite qu’on s’y arrête, puis sur les contreforts des collines, Saint-Paul-de-Mausole, les ruines de Glanum, la promenade du lac sont autant d’escales fraîches ou évocatrices.

Les Baux sont la prochaine étape. Tout y est prêt pour que le visiteur s’y sente à l’aise, les monuments, le décor, l’accueil des habitants.

En franchissant la chaîne, on descend vers Fontvieille et le moulin de Daudet ; enfin Montmajour nous ramène près du Rhône, à deux lieues à peine d’Arles.

Le fief des Baux et les villages charmeurs

Saint-Rémy et les Baux sont l’épine dorsale de toute découverte des Alpilles. On commencera donc par ces deux haut-lieux d’histoire. Mais à l’est des Alpilles s’étend le royaume des villages charmeurs ; ceux où l’on s’attarde un moment avant de s’y établir souvent pour toujours.

A partir de Saint-Rémy, la route nationale 99 conduit à Romanin, respirer des effluves de cour d’amour et de vol à voile ; puis vers Eygalières les petites routes qui bordent les champs et leurs haies de cyprès conduisent au Mas de la Brune.

Eygalières possède son cadre particulier, on dit de ce village qu’il est le coeur des Alpilles, c’est certainement vrai. Nulle part on se sent aussi heureux sur la pointe d’une colline, nulle part le spectacle du terroir n’est aussi attachant. La chapelle Saint-Sixte reflète la douceur, patinée par des siècles paisibles. Orgon et son pèlerinage à Notre-Dame de Beauregard donnent un nouvel aspect de la région avec ses rives où s’assèche la Durance. Eyguières pour avoir tant vécue semble un peu morne, mais elle est à la limite de la montagne et de la plaine où Lamanon se blottit dans ses prés verts.

Alors la façade sud des Alpilles pousse vers le couchant ; vers Aureille et le Destet, vers les châteaux en ruines et les troupeaux de moutons. Mouriès et ses mas, Maussane et ses genêts, nous sommes de retour au pied des Baux où la halte s’impose pour s’extasier sur les cavernes ouvertes dans les carrières et les pics en ruines de son château.

Tous ces villages ont un charme délicieux mêlé de thym et de lavandin ; leurs clochers carrés et leurs castelas en ruines ne doivent pourtant pas faire oublier les détours agréables pour découvrir Barbegal près de Fontvieille, Roquemartine près d’Eyguières, les grottes de Calès au-dessus de Lamanon, Puyredon au-dessus du Destet, Servanes et le mas du Brau à Mouriès. Les drailles et les coupe-feu permettent de s’enfoncer dans les Alpilles, d’en savourer les herbes, les reliefs et le choc du soleil sur des fleurs timides.

Mais au nord, la plaine qui dessert Saint-Andiol, Noves et Châteaurenard, la Montagnette ou Frigolet, Barbentane et Boulbon ont des merveilles à montrer, ne doivent pas être oubliés. Les logis sont nombreux et les étapes se raccourcissent à volonté pour flâner dans les Alpilles et les terroirs alentours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *